La Réforme catholique à Angoulême (1588-1655) : individus et réseaux entre interactions et confrontations

DOI : 10.48649/pshs.105

Abstract

En 1575, les Angoumoisins refusent de livrer leur ville pour qu’elle devienne une place de sûreté protestante. De cet acte de résistance à la décision royale date l’engagement d’Angoulême dans la Contre-Réforme. Pour éclairer cette période, le catalogage des acteurs et de leurs actions offre une compréhension partielle de la mouvance dévote à l’œuvre dans la cité des Valois. Comprendre les continuités et les ruptures comme l’insertion dans des réseaux dépassant l’échelle locale semble indispensable pour cerner les enjeux qui sous-tendent la Réforme catholique angoumoisine.

De fait, reconstituer les réseaux qui ont existé il y a plusieurs siècles suppose de réfléchir aux stratégies de collecte des données comme à leur analyse. La variété des acteurs et des sources conduit à préférer une approche pluridisciplinaire et à emprunter leurs outils à d’autres sciences. Ce sont ces choix méthodologiques, privilégiés pour le travail de thèse, que cet article propose de détailler ici.

Index

Mots-clés

méthodologie, réseaux, cartographie, dévots, Réforme catholique

Outline

Text

L’Angoumois fut l’un des théâtres majeurs des guerres de Religion1. La réaction catholique qui succède aux « troubles » dans ce petit diocèse a été très largement oubliée par les historiens2. Les manifestations de la Réforme catholique en Angoumois ont été brièvement décrites par différents auteurs, notamment l’installation des congrégations. Au XIXe siècle, Auguste-François Lièvre3, Jean Nanglard4, François Vigier de La Pile5 ou, plus récemment, Jacques Baudet6 (président de la SAHC7), pour ne citer qu’eux8, ont relaté les faits marquants de la réaction catholique dans la ville d’Angoulême et précisé la chronologie. Il n’est donc pas question de revenir sur ces aspects dans la présente recherche : mon travail de thèse propose de porter un éclairage complémentaire sur cette riposte catholique angoumoisine, en examinant les actes relevant de la Contre-Réforme à l’encontre des protestants, comme ceux s’inscrivant plus largement dans la Réforme catholique à travers l’examen des acteurs qui s’y emploient. Le champ de l’étude débute avec la nomination du duc d’Épernon comme gouverneur de l’Angoumois en 1588 et se déroule jusqu’au synode rassemblant la plupart des prêtres diocésains et des délégations des maisons religieuses du diocèse en 1655. Cette recherche se place dans le cadre du renouvellement actuel des études sur la transition entre la guerre de la Ligue (1585-1598) et les prémices de la Réforme catholique9.

Encore faut-il faire parler les sources, et donc réfléchir aux différents prismes et outils qui vont permettre à la source de répondre à un questionnement pour lequel elle n’est pas produite au départ. Chaque historien, par la nature même de son travail d’enquête, est à la confluence des autres disciplines en sciences humaines et sociales. Il peut ainsi recourir aux sources littéraires intimes (correspondances, mémoires) comme à celles destinées à la publication (poèmes, essais). Il peut s’appuyer sur des sources judiciaires (procès) ou juridiques (contrats de mariage, legs, testaments). Il peut encore enquêter à partir de données statistiques brutes (livres de comptes) ou recueillies par lui à partir de sources qui n’avaient pas de visée comptable lorsqu’elles ont été produites. L’utilisation de ces différentes sources est toutefois corrélée à la problématique de recherche.

Il s’agit ici de saisir les particularismes locaux en matière d’organisation et de mise en œuvre de cette Réforme catholique. Il faut aussi identifier ses principaux acteurs ainsi que sa réception par les habitants, notamment les plus fervents, qu’ils soient catholiques ou protestants. Outre la description des formes générales et particulières de la Réforme catholique en Angoumois, il importe de comprendre comment des individus, agissant de manière isolée ou concertée, prennent part à ce mouvement. Il sera également nécessaire d’évaluer l’échelle de leur action : celle de leur paroisse, celle de la cité épiscopale ou bien celle d’un cadre géographique plus large. Cette échelle variera selon l’intensité et la multiplicité des liens qui les unissent à leur parentèle comme à leur clientèle, ou bien encore selon leur appartenance à une confrérie dévote. En somme, nous tenterons de comprendre comment les réseaux dévots contribuent à la Réforme catholique à Angoulême, tout en précisant quelles alliances ou quels antagonismes sont à l’œuvre.

Une des difficultés de ce travail de recherche est de parvenir à mettre en lumière le rôle des dévots dans la Réforme catholique angoumoisine et surtout de caractériser leurs réseaux ainsi que leur maillage territorial. Le succès de l’étude repose donc sur les possibilités d’identification de ces « pieuses âmes » qui relèvent les édifices du culte catholique, font œuvre de charité ou aident à l’installation de congrégations. La consultation des sources historiques permet de discerner rapidement quelques individus particulièrement actifs dans la Réforme catholique qui s’amorce dès la fin du xvie siècle. En revanche, le repérage des protagonistes plus discrets qui contribuent cependant de manière significative à la reconquête catholique dans cette cité épiscopale10 est plus délicat. Une autre difficulté réside dans l’appréhension des réseaux. En effet, des hommes ou des femmes peuvent contribuer à titre personnel à la Réforme catholique : comment alors déterminer s’il y a ou non interaction, voire connivence, avec d’autres angoumoisins ? Il convient enfin de dresser la temporalité de ces réseaux pour comprendre, notamment, les continuités et les ruptures entre les Ligueurs qui attaquent Épernon dès son arrivée à Angoulême et les dévots qui portent ensuite cette Réforme catholique.

Or la variété des acteurs comme celle des sources nécessite une approche méthodologique pluridisciplinaire : à travers les correspondances, les poèmes, les pamphlets, les registres paroissiaux, les statuts synodaux, les procès, les testaments, les fondations pieuses, etc., ce sont des liens de nature différente que nous cherchons à établir. Nous empruntons également à d’autres disciplines que l’histoire certaines méthodes spécifiques dont la complémentarité devrait affiner la compréhension de cette mouvance dévote. Ce sont sur ces enjeux et choix méthodologiques que repose le succès de l’étude des réseaux que cet article souhaite mettre en lumière. La présentation de la démarche qui a permis de repérer les individus autour desquels des réseaux peuvent graviter s’impose d’abord. Ensuite, les atouts des sciences humaines et sociales par rapport aux sources historiques consultées seront précisés, de même que les apports de l’interdisciplinarité pour valider certaines hypothèses de recherche. Enfin, l’enquête étant toujours en cours, ce sont l’originalité et l’intérêt des résultats escomptés qui seront développés.

I – Des individus aux réseaux

Afin de reconstituer les réseaux à analyser, il est nécessaire de repérer les individus impliqués par leur fonction, leur rang ou leurs agissements en faveur de la religion catholique ou à l’encontre des protestants. La première étape consiste donc à identifier les personnages de cette Réforme catholique angoumoisine.

Les acteurs de la Réforme catholique

Pour débuter cette enquête, il est préférable, dans un premier temps, de recenser la littérature scientifique et de dresser la liste des personnages liés à la période et au territoire étudiés. Ces premiers indices d’acteurs potentiels sont stockés à l’aide d’un logiciel de généalogie permettant également de dessiner les premiers liens d’un réseau éventuel : les relations familiales. Ce logiciel de généalogie11 est également utilisé pour conserver toutes sortes d’informations associées à une personne : signatures, surnoms, déplacements, contrats d’affaires ou procès, etc. Ainsi, au fur et à mesure du dépouillement des sources d’archives, il est possible de constituer des notices biographiques détaillées et d’établir les premiers recoupements. Ainsi, deux individus ne portant par le même patronyme peuvent se révéler très proches (c’est le cas des frères et sœurs mariées par exemple). Parmi les dévots, plusieurs membres de la famille Balzac émergent assez rapidement, sous différents noms de famille, du fait des mariages. On constate sur l’arbre généalogique ci-après, centré sur Marie de Compaignol (nièce de Jean-Louis Guez de Balzac) des liens étroits entre les familles Guez ou Balzac, Nesmond, Campaignol (ou Campagno), Forgues.

Figure 1 : Arbre généalogique de Marie de Campaignol (extrait).

Image

Cette généalogie reste à compléter et à préciser mais permet de rapprocher des individus appartenant à la même parentèle. Progressivement des embryons d’acteurs collectifs au service de la Réforme catholique se dessinent.

L’intérêt du logiciel de généalogie choisi réside également dans la possibilité de repérer les anomalies ou les doublons : cette option permet soit de corriger la base de données, soit d’exclure ensuite de l’analyse les informations moins fiables. Enfin, il faut préciser qu’au tout début de la recherche, c’est essentiellement une analyse qualitative des données qui était prévue, prosopographique notamment. C’est un peu plus tard que l’intérêt d’une étude davantage statistique s’est imposé. Les données qui constitueront la base soumise à l’analyse quantitative seront donc extraites des fiches individuelles12 du logiciel dans un second temps.

Sur ces fiches individuelles, tout renseignement disponible concernant un individu est saisi, avec la référence de sa source. À côté des lignages, d’autres types de liens sont donc enregistrés : les liens de clientèle sont indiqués13 , ainsi que l’appartenance à une ou plusieurs confréries dévotes. En l’associant à d’autres indicateurs, ce dernier critère permet de vérifier l’existence d’un seul réseau dévot protéiforme ou, au contraire, la coexistence de réseaux distincts.

L’étude en cours propose donc d’explorer selon trois axes les réseaux catholiques dont les actions typiques de la Réforme catholique laissent supposer l’existence. Il s’agira d’une part d’appréhender le réseau dévot au sens d’organisation reposant sur une certaine unité entre ses membres, pour en comprendre les fluctuations dans les relations interpersonnelles. D’autre part il conviendra de caractériser les instances, les confréries, les compagnies, etc. qui œuvrent d’abord à la Contre-réforme et ensuite à la reconquête catholique. Enfin l’examen de la dimension spirituelle de ce réseau dévot constituera le dernier axe de recherche.

À l’intérieur de ces réseaux, il sera intéressant de vérifier la place des parentèles : la mouvance dévote repose-t-elle essentiellement sur une filiation directe ou collatérale ? intègre-t-elle les parents par alliance ? au contraire repose-t-elle sur d’autres critères que le lignage ?

L’ancrage spatial de la Réforme catholique : témoignage de la présence d’un réseau dévot ?

Si l’on s’en tient aux actes de reconquête catholique, notamment les reconstructions des édifices religieux détruits lors des guerres de Religion ou l’installation des congrégations, un premier ancrage spatial de la Réforme catholique apparait : certaines paroisses sont, en effet, davantage concernées que d’autres. Pourtant, si l’on considère les premiers hommes ou femmes repérés comme des dévots au service de cette Réforme catholique, une autre cartographie semble se dessiner à l’examen des registres paroissiaux : nombre de ces acteurs sont domiciliés principalement dans trois paroisses de la cité (Saint-Martial, Saint-André et Saint-Paul). Outre les résidences des Balzac, de leurs voisins Ravaillac, des Nesmond ou des Guérin-Lériget, pour ne citer qu’eux, ces paroisses sont aussi celles où se situent la maison du corps de ville, les prisons, le châtelet du lieutenant général ou encore le château du gouverneur. S’il doit y avoir un ou plusieurs réseaux dévots actifs à Angoulême, il parait raisonnable d’en trouver trace dans ces trois paroisses. Le recensement de leurs registres paroissiaux permet d’ajouter des liens aux liens familiaux déjà établis : les liens de parenté spirituelle (parrain, marraine) viennent ainsi compléter les liens précédents. Le dépouillement des délibérations municipales permet d’ajouter des liens institutionnels (maire et échevin), et de préciser la nature de ces liens (adhésion, opposition, complémentarité), de même que leur chronologie (début du lien). Selon le thème abordé lors des délibérations municipales, la fin de la relation peut être estimée : terme du procès lorsqu’il est question d’une procédure de justice, achèvement du mandat (avec éventuellement un report du lien sur le successeur, souvent un fils). Dans la plupart des cas, il s’agit d’une supposition raisonnée quant à la durée effective de ce type de lien. La durée des liens familiaux ou de parenté spirituelle est plus simple à établir : on peut poser l’hypothèse que l’interaction cesse avec la disparition de l’un des deux individus.

Toutefois, l’établissement de ces liens et l’estimation de leurs durées sont très insuffisants pour prouver l’existence d’un réseau, qui plus est d’un réseau dévot. Cela ne permet pas non plus de discerner éventuellement plusieurs réseaux à l’œuvre au sein de ces liens multiples. L’emprunt de méthodes à d’autres disciplines des sciences humaines et sociales prouverait-il l’existence d’actions concertées de la part des individus repérés jusqu’alors ?

II – Des sources historiques aux méthodes des sciences humaines et sociales

Les apports de l’approche linguistique

À défaut de découvrir une preuve directe d’une action collective concertée, il faudra établir un faisceau de présomptions pour étayer les hypothèses de la recherche. Par exemple, à moins que l’on ne trouve une trace explicite des agissements de la Compagnie du Saint-Sacrement, il conviendra de vérifier si cette société est effectivement présente et agissante mais sous un nom d’emprunt14. De la sorte, en recensant ses membres et en comparant ses dispositions réglementaires15 avec celles de la compagnie « officielle », tout autant qu’en empruntant à la linguistique ses outils d’analyse syntaxique, il sera alors possible de mettre en exergue similitudes et différences. Une analyse combinée, en adaptant les méthodes développées par Bruno Maurer16 au contexte spécifique de notre terrain d’étude, devrait ainsi valider notre hypothèse.

Un autre intérêt de l’apport de la linguistique réside dans l’analyse des correspondances privées de Guez de Balzac : cet écrivain local entretient en effet une correspondance conséquente avec les grands de son époque, et c’est un dévot notoire. De nombreux documents épistolaires sont conservés dans les différents fonds d’archives de la ville. Là encore, une analyse linguistique des thèmes abordés comme des destinataires, des messagers ou des individus évoqués dans les lettres doit permettre d’établir une base de données exploitable sous forme de nuages de points. Cela devrait apporter un éclairage complémentaire sur les réseaux étudiés, soit en confirmant les résultats obtenus à partir d’autres types de sources et d’autres méthodes, soit en matérialisant des interactions nouvelles.

Enfin, l’analyse statistique et graphique des correspondances entre les membres supposés des réseaux dévots matérialisera les flux d’échanges directs et surtout leur densité, ce qui révèlera la hiérarchie des individus au sein du ou des réseaux considérés. L’objectif de cette démarche est de faire apparaitre des dévots discrets, mais qui pourraient jouer un rôle central. Pour ce faire, il faudra bien sûr achever le travail de dépouillement des correspondances, tâche qui a souffert ces derniers mois des difficultés d’accès aux bibliothèques et lieux d’archives.

Quantifier pour mieux qualifier

En dehors d’une utilisation linguistique des sources, une approche mathématique et statistique éclairera la vigueur de la Réforme catholique dans la cité berceau des Valois. Pour cela, il faudra achever le relevé du montant des legs, des dons et des fondations pieuses à partir des sources notariées ; nous devrons y ajouter la somme des réparations, des constructions, des actions charitables et des achats en lien avec les édifices du culte à partir des livres de comptabilité17 ou des contrats passés avec les artisans, voire des procès lorsqu’un différend entre les parties survient. Les sommes d’argent en jeu d’après l’ensemble de ces documents doivent permettre d’évaluer le budget des dévots et d’effectuer une distinction entre clercs et laïcs. Si les documents à l’étude tiennent leur promesse, une comparaison avec d’autres villes ou d’autres diocèses sera alors envisageable.

Selon le même objectif comparatif, la « religiosité catholique » d’Angoulême sera mesurable grâce au ratio des congrégations et du personnel religieux présent durant la période 1588-1655. L’âge et l’origine des novices, des oblats et des dignitaires dégageront aussi des éléments de comparaison avec d’autres territoires. Les sources locales sont ici disparates et souffrent de discontinuités ; elles ne portent pas trace des visites pastorales pourtant préconisées par le concile de Trente et effectives dans l’archevêché de Bordeaux dont Angoulême dépend. Il conviendra donc de rechercher ces informations ailleurs, dans les Archives nationales et celles du Vatican, ou des congrégations présentes dans la ville à cette époque : les capucins (installés depuis 1611), les minimes (depuis 1619), les jésuites (dès 1622), les ursulines (à partir de 1627), les tiercelettes (après 1640) ou encore les carmes puis les carmélites (1651 et 1653). Les abbayes dont l’ancrage est plus ancien connaissant également des bouleversements, notamment des conflits avec l’évêque (religieuses de Saint-Ausone notamment). La carte religieuse de la cité se recompose en ce début du XVIIe siècle : il faut en comprendre les tenants et les aboutissants.

Visualiser et mesurer la portée des réseaux

Pour compléter les approches précédentes, il est nécessaire de considérer le sujet d’étude sous l’angle de la géographie et de la cartographie. Hier comme aujourd’hui, les hommes sont mobiles : connaître au mieux puis cartographier leurs déplacements indiquera les liens avec d’autres territoires où les dévots sont actifs et contribuera donc à confirmer cette hypothèse de l’appartenance à un vaste réseau organisé dont les membres agissent de concert.

En parallèle, il faudra aussi établir la carte des bénéfices détenus par certains clercs du diocèse pour visualiser l’aire d’influence de certains clercs, à l’image de Charles de Montchal, archevêque de Toulouse et abbé de Saint-Amant-de-Boixe, commune située à mi-distance entre La Rochefoucauld et Balzac. La cartographie des données relationnelles appartenant aux réseaux égocentrés de Guez de Balzac, du doyen Mesneau ou encore de Gabriel Houlier pourrait également offrir de nouvelles perspectives d’interprétation.

III – L’interdisciplinarité méthodologique pour valider les hypothèses de recherche

Des hypothèses de recherche aux résultats

La recherche actuelle n’est pas encore assez aboutie pour présenter ici des résultats, sinon très partiels. En effet, les fils à dérouler d’un type de source à l’autre s’entremêlent parfois étroitement pour constituer les bases de données amenées chacune à subir un traitement relevant de l’analyse quantitative. En conséquence, la conception de ces bases de données est en cours. Il faut bien avouer aussi qu’un temps de formation reste nécessaire pour maîtriser les différents outils disponibles18 afin d’opérer les choix logiciels les plus adaptés aux besoins de la démonstration. Ce temps de formation est néanmoins indispensable pour éviter tout biais dans la constitution des bases de données. Les résultats attendus sont ceux montrant les nœuds relationnels entre les dévots de l’Angoumois autant que l’intensité de ces liens (selon leur nature), leur évolution chronologique et la direction des flux interpersonnels.

Les premières analyses confirment le bien-fondé des hypothèses initiales. Ainsi, d’après les registres d’ordinations19, sur les 545 clercs ordonnés entre 1588 et 1603 par l’évêque Charles de Bony, 508 sont originaires de ce diocèse20 et pour presque 40 % d’entre eux de la cité épiscopale. Le poids d’Angoulême dans la Réforme catholique du diocèse semble confirmé à l’aune des premiers résultats.

Tableau 1 : Paroisses d’origine des clercs ordonnés entre 1588 et 1603 dans le diocèse d’Angoulême).

Paroisses d'origine effectifs %
Paroisses d’Angoulême (dans les murs et faubourgs) 217 39,8
Paroisse inconnue mais située dans le diocèse d'Angoulême 7 1,3
Paroisses predicatae * du diocèse d'Angoulême 2 0,4
Paroisses des autres villes du diocèse d'Angoulême 282 51,7
Total des clercs originaires des paroisses du diocèse 508 93,2
Total des clercs originaires de paroisses extérieures au diocèse d'Angoulême ou inconnues ou litigieuses 37 6,8

Si on procède à une analyse plus fine des données récoltées à partir des registres d’ordinations des clercs, on constate bien la prévalence de certaines paroisses : les statistiques valident bien la présence de dévots dans les trois paroisses où nous les supposions :

Figure 2 : Paroisses d'Angoulême (dans les murs ou faubourgs) dont sont originaires les clercs ordonnés dans le diocèse entre 1588 et 1603.

Image

En revanche d’autres paroisses se distinguent d’après ces premières statistiques : les paroisses Notre-Dame de Beaulieu, de Saint-Cybard21, de Saint-Jean, de Saint-Vincent et de Saint-Jacques. Il faudra donc vérifier si des dévots plus discrets y sont présents ou si ces chiffres s’expliquent davantage par le voisinage des couvents et des congrégations.

Les caractéristiques des réseaux dévots

Plusieurs types d’analyses de réseaux doivent ainsi concourir à une vision globale des acteurs de la Réforme catholique à Angoulême. L’analyse combinée portant sur les correspondances privées contribuera normalement à souligner les centres d’intérêts des dévots, tandis que l’analyse de réseaux égocentrés devrait indiquer s’il existe un ou plusieurs réseaux dévots à l’œuvre dans la cité des Valois. La complémentarité de ces analyses vise à souligner les interactions sociales à l’échelle de la ville, mais aussi la représentation que cette mouvance a d’elle-même par l’approche lexicale : l’examen des réseaux linguistiques doit ainsi conduire au réseau dévot dans sa dimension spirituelle. Par ailleurs, en creux, une partie des sources (les procès notamment) formera une autre base de données pour renseigner sur la perception de ces dévots par les autres acteurs locaux, et le rapprochement des deux points de vue sera assurément riche d’enseignements. Somme toute, l’addition de ces différentes analyses des réseaux doit dresser un portrait assez complet de cette entité dévote, de l’échelle locale à une échelle plus globale. Ainsi, l’identification et la caractérisation des différentes catégories d’acteurs agissant localement améliorera la compréhension de la Réforme catholique et de ses enjeux. Il sera d’ailleurs intéressant, si les sources et le temps de la thèse le permettent, de répéter ces analyses pour les protestants du diocèse, afin de confronter les deux communautés.

Les échanges à l’intérieur d’un ou plusieurs réseaux

Les sources dépouillées jusqu’à présent indiquent des types d’échanges variés et multiples entre les acteurs participant à la Réforme catholique. Plusieurs réseaux semblent ainsi coexister. Les choix méthodologiques opérés ont logiquement été guidés par cet état de fait, afin de mettre en évidence à la fois la circulation des idées, des manuels ou des ouvrages religieux22 et celle des individus. L’examen de ces échanges doit ainsi établir l’emprise territoriale de ces réseaux et mesurer leur rayon d’action. La visualisation par graphe devrait aussi permettre de vérifier dans quelle mesure l’efficacité de ces réseaux dépend de la position de ses membres23 dans le tissu social de leur époque.

Il s’agit bien ici d’examiner des réseaux orientés, à l’aide de graphes signés24 ou valués25, pour procéder à l’analyse la plus fine et la plus objective possible de ces réseaux. La forme des graphes obtenus (en cercle, en étoile ou en ligne) donnera à voir les interactions au sein de chaque réseau autant qu’entre eux. L’étude des chaines ou des chemins renseignera, en particulier, sur la vitesse de circulation des données au sein d’un réseau, ainsi que sur la robustesse de celui-ci26. Toutefois, puisque la récolte des données n’est pas achevée et la base pas encore saisie, il est impossible à ce jour de présenter des résultats : les hypothèses demeurent donc en attente de réponses.

Continuités ou ruptures ?

Le cadre temporel de l’étude est relativement bref à l’échelle de l’histoire (environ soixante-dix ans) mais demeure suffisamment long pour distinguer quelques mutations27. Une nouvelle fois, plusieurs graphes devront être réalisés pour faire apparaitre les évolutions chronologiques : le réseau étudié s’amplifie-t-il ou meurt-il ? Se fracture-t-il ? Si l’hypothèse de l’existence de plusieurs réseaux dévots est attestée, les liens interpersonnels montreront si chaque réseau agit seul ou, au contraire, en association avec d’autres, de manière occasionnelle ou régulière. À l’issue du traitement des données concernant les réseaux présents à Angoulême, les résultats doivent ainsi faire apparaître des continuités et des ruptures.

L’hypothèse d’une filiation entre réseaux ligueurs puis réseaux dévots sera peut-être également validée par les outils de l’analyse quantitative, puisqu’elle est compliquée à établir par l’approche qualitative. En définitive, les emprunts méthodologiques aux disciplines sœurs de l’histoire viendront résoudre les difficultés liées à des sources hétérogènes et parcellaires.

Le traitement statistique des données doit aussi déterminer si chaque réseau dévot est spécialisé dans le soin aux malades, le secours charitable, l’éducation, l’équipement en mobilier des édifices religieux, la lutte contre les protestants locaux ou contre ceux de La Rochelle… À l’inverse, cette approche prouvera peut-être plutôt une action protéiforme que les circonstances et les opportunités contribuent à expliquer.

IV – L’analyse de réseaux pour mieux comprendre la Réforme catholique

Cette recherche aspire à compléter les études actuelles autour des prémices de la Réforme catholique, notamment de la guerre de la Ligue à l’essor véritable de cette Réforme catholique. Les sources utilisées pour mener à bien ce travail sont variées, car les objectifs sont pluriels et complémentaires. Pour tenter de dépeindre ces temps de réforme, les archives religieuses sont essentielles mais insuffisantes compte tenu à la fois de leurs manques et de leur grande hétérogénéité. Il faut également éviter tout parti pris : le recours à d’autres sources est dès lors indispensable. Les sources imprimées d’époque, les délibérations municipales, les fonds des administrations provinciales comme les actes du pouvoir souverain permettent d’esquisser un premier portrait de cette Réforme catholique angoumoisine. La consultation des procès, des correspondances privées, des legs, des dons, des fondations pieuses… permet, d’une part, d’en préciser certains aspects et, d’autre part, de distinguer certains de ses acteurs28.

Une approche autant sociologique qu’historique

Pour décrire les formes générales et particulières de la Réforme catholique en Angoumois et, surtout, mettre en lumière le rôle des dévots dans la Réforme catholique angoumoisine et caractériser leurs réseaux comme leur maillage territorial ou leur temporalité, le choix de méthodes pluridisciplinaires s’est imposé. On peut aussi s’appuyer sur les travaux récents des historiens qui ont examiné l’implication des hommes d’Église dans la Réforme catholique29 et sa mise en œuvre à l’échelle d’un territoire30 en analysant l’action des congrégations ou des confréries religieuses31, les pèlerinages32, le rôle des reliques et les processions33 ou encore la sainteté34 , par exemple. Plusieurs ont opté pour un questionnement plus sociologique 35 , ce qui, là encore, permet la comparaison avec Angoulême, notamment pour l’analyse des réseaux ligueurs puis dévots. C’est dans le prolongement de cette approche que la recherche dépeinte dans cet article s’inscrit : quelles formes la Réforme catholique prend-elle à Angoulême ? Quelle en est la chronologie ? Qui sont ses défenseurs ? ses opposants ? La Réforme catholique angoumoisine s’inscrit-elle dans un ou plusieurs réseaux plus vastes ? Les résistances à ce mouvement s’insèrent-elles, elles aussi, dans un ou plusieurs réseaux ?

En conséquence, les objectifs de l’étude sont multiples. L’examen en cours de quelques personnages ou familles locales influents conduit à l’identification progressive des différents réseaux agissant à Angoulême dans le sillage de ces notables. Il reste ensuite à mieux cerner et à comprendre les interactions entre ces différents groupes. Au terme de l’étude, un changement d’échelle doit mettre en perspective l’insertion des structures angoumoisines dans des réseaux plus larges. La place de certains personnages emblématiques ou charismatiques au sein de ces organisations36 mérite, en effet, d’être mise en relief : chaque réseau s’est-il construit autour d’une personnalité marquante ? ou bien certains réseaux existent-ils en-dehors d’une individualité forte ? L’examen particulier de quelques notables angoumoisins devrait également contribuer à préciser la nature des alliances de la Réforme catholique : familiale ? clientéliste ? institutionnelle ? La nature de ces factions évolue-t-elle durant la période considérée et, si oui, de quelle manière et selon quelles motivations ? Il sera certainement malaisé d’obtenir des réponses fiables pour chacun des exemples étudiés, mais l’ambition consiste ici à affiner la grille d’analyse des réseaux à l’œuvre dans cette Réforme catholique en Angoumois.

L’analyse de réseaux pour éclairer l’hétérogénéité derrière l’uniformité apparente

Le recours aux outils de l’analyse de réseaux sert à déterminer précisément de quelle manière ces groupes participent au mouvement de Réforme catholique à Angoulême et selon quelle chronologie ils y contribuent. Une comparaison avec d’autres villes, d’autres régions, est prévue37 pour mettre en relief les éventuels particularismes locaux en matière d’organisation et de mise en œuvre de cette Réforme catholique comme en matière d’acteurs ou de réception par les habitants de la cité. En outre, les sources signalent des confrontations parfois violentes entre l’évêque et le chapitre, l’évêque et certaines communautés religieuses, certaines communautés religieuses entre elles. À l’inverse, certains groupes collaborent pour faciliter l’installation de congrégations, pour concrétiser certaines œuvres de charité. Tenter d’expliquer ces logiques de coopérations ou d’affrontements constitue donc une autre étape majeure de cette étude. Il n’est pas exclu non plus de comparer les interactions entre acteurs catholiques de la Réforme et les protestants angoumoisins. Y a-t-il une position convergente de la part des réseaux catholiques à l’encontre des réformés ou au contraire des attitudes variées ? Enfin, un dernier objectif vise à confronter les organisations angoumoisines à des réseaux organisés à l’échelle du diocèse et, bien sûr, au-delà. Il s’agit ici de comprendre comment Angoulême s’insère dans la Compagnie du Saint-Sacrement, le courant janséniste ou gallican, les frondeurs, et de relever les continuités entre ligueurs et dévots.

Pour atteindre ces objectifs et soumettre les postulats qui les sous-tendent à l’épreuve des faits historiques, il a semblé très vite pertinent d’emprunter des méthodes plus spécifiques à d’autres disciplines afin d’obtenir des réponses aux hypothèses de recherche. Les instruments de l’analyse statistique appliqués à la linguistique sont ainsi utiles pour « matérialiser » les réseaux en présence à Angoulême. Cette démarche vise également à renseigner sur l’éventuelle appartenance de certains individus à plusieurs réseaux. Les graphes issus de cette analyse doivent montrer la densité de chaque réseau dévot et son évolution entre les bornes temporelles de l’étude. De plus, ils ont pour but de souligner la densité des liens entre certains acteurs majeurs et très probablement entre certains réseaux. L’utilisation de nuages de points pour disséquer les réseaux angoumoisins et leurs accointances, à l’échelle de la France, constituerait ainsi une caractéristique originale de cette étude. Cela permettrait, par ailleurs, de proposer une cartographie de ces réseaux, ce qui n’a pas encore été entrepris, me semble-t-il.

L’enjeu de la constitution des bases de données.

Toutefois, avant de parvenir à un tel résultat, il importe de constituer la base de données préalable à l’analyse statistique. Un minutieux travail de recensement des individus agissant dans la Réforme catholique angoumoisine s’imposait donc. C’est pour cela que le logiciel de généalogie Heredis parait adapté : il permet de créer une fiche par personne, d’y renseigner sa parentèle, sa clientèle, ses fonctions et ses responsabilités, ses déplacements, sans oublier ses actions dévotes et son appartenance à des confréries… Bref, de nombreuses composantes de la vie sociale d’une personne peuvent ainsi être recensées et sourcées sur chaque fiche individuelle.

La stratégie la plus efficace pour constituer cette première base de travail était donc de recenser d’abord les informations synthétisées dans des travaux de recherche autour d’une personnalité : la thèse de Renée Tebib autour de Guez de Balzac38 ou celle de Véronique Larcade sur Épernon39 ont ainsi été précieuses. Cette première série d’informations sur les liens familiaux, les mariages, les parrainages, les clientèles… ont fait apparaitre dans leur sillage d’autres acteurs majeurs de la Réforme catholique à Angoulême : un premier réseau dévot semble ainsi se dessiner, même s’il englobe peut-être en fait en son sein plusieurs mouvances. Constituer plusieurs bases de données, l’une par l’entrée linguistique (thèmes des correspondances), d’autres par une entrée davantage comptable et mathématique (locuteurs), parait ainsi utile pour trancher cette question.

Le choix de travailler sur quelques paroisses de la ville a été privilégié : celles où résidaient les acteurs majeurs de la Réforme catholique angoumoisine ont ainsi été retenues. Toutefois les premiers résultats statistiques semblent montrer une emprise territoriale plus large de ces réseaux. Au fil des sources, des liens de nature plus spirituelle, institutionnelle ou clientéliste continuent d’enrichir la base du logiciel généalogique. Quand le dépouillement des sources sera achevé, il faudra encore consulter les généalogies établies par la communauté Heredis comme par d’autres sociétés de généalogie. Cette étape sera impérative pour compléter l’inventaire des liens interpersonnels (liens familiaux, liens spirituels) des personnages rencontrés lors du dépouillement des sources. En effet, plus la nature des liens est connue avec précision, plus cela minimise le risque d’erreur d’interprétation. Il conviendra aussi de vérifier les doublons, les éléments douteux, pour les retirer de l’analyse. Quant aux informations contradictoires (cas des homonymes par exemple), il faudra décider de les délaisser ou de les intégrer à la base de données finale en les distinguant à l’aide d’un critère supplémentaire (C pour catholique, P pour protestant, par exemple). Ces précautions prises, la saisie des données retenues pour l’analyse quantitative principale pourra commencer pour éclairer l’organisation, l’action et la spiritualité des réseaux dévots d’Angoulême.

Graphes exploratoires et cartographie des réseaux

La qualité visuelle des graphes et des cartes des réseaux dévots aidera à l’élaboration des conclusions finales. Une réflexion s’impose donc autour de la sémiologie graphique de ces documents. Les recommandations de Jacques Bertin40 en ce domaine, comme les conseils des spécialistes de l’analyse de réseaux41 sont cruciaux pour éviter les biais. L’analyse et l’interprétation se jouera à plusieurs niveaux. Les graphes de réseaux complets offrent une vision d’ensemble, en indiquant les grandes tendances de la mouvance dévote. A contrario, la micro-analyse de certaines composantes procure une compréhension plus fine de l’élément considéré. C’est là que les spécificités locales seront sans doute les mieux perceptibles. L’emprise spatiale des réseaux angoumoisins est envisagée également à différentes échelles, pour les mêmes raisons : identifier les singularités locales comme l’appartenance à des réseaux plus englobants. En somme, le traitement statistique de certaines des données de l’étude doit venir compléter les résultats obtenus par l’analyse qualitative42. Ces deux approches menées conjointement permettront de répondre à la problématique initiale, tout en résolvant tour à tour les différentes hypothèses de recherche, en dépassant les silences apparents de certaines sources.

En conclusion, une grande partie du travail entrepris consiste à dérouler le fil conducteur des individus impliqués par leur fonction, leur rang ou leurs agissements en faveur de la Réforme catholique angoumoisine. Cette analyse, au départ centrée sur les évêques qui se succèdent à la tête du diocèse, les membres du chapitre cathédral, les gouverneurs de l’Angoumois, les maires et échevins, les seigneurs locaux comme les gens de savoir du cru, permet progressivement d’établir l’entourage de ces acteurs. Au final, parmi tous ces personnages, seuls les dévots avérés feront l’objet d’un traitement statistique en vue d’une analyse égocentrée. Même si la généalogie est utilisée comme un outil pour reconnaitre certains acteurs, il ne s’agit pourtant pas ici d’opérer une analyse prosopographique stricte. La méthodologie est davantage celle de l’analyse sérielle et quantitative, en complément d’une recherche historique plus classique43. Les graphes de visualisation de ces réseaux égocentrés doivent fournir des clés pour comprendre ces réseaux : leur taille, leur fonctionnement interne, leur évolution, leurs interactions avec d’autres acteurs. Au-delà des manifestations de la Réforme catholique à Angoulême, la problématique qui est posée est bien celle de ses enjeux pour les acteurs de l’époque.

Ce questionnement est donc autant sociologique qu’historique, et les difficultés posées par des sources de nature et de qualité variables sont contournées par l’utilisation d’outils issus d’autres sciences humaines et sociales ou partagés avec elles. Cette pluridisciplinarité par l’intermédiaire des emprunts méthodologiques rend possible la mise en évidence des interactions, des continuités et des ruptures. Ce faisant, l’analyse des réseaux dévots à l’œuvre dans la Contre-Réforme comme dans la Réforme catholique à Angoulême apporte une compréhension plus fine des interactions familiales, sociales et religieuses à l’époque moderne. Au-delà du portrait des différents acteurs, c’est bien le tableau d’une communauté qui transparait. Cette étude pourrait d’ailleurs être complétée par l’examen du rôle des corporations de métier (imprimeurs ou papetiers) pour accompagner ces réseaux ou les contrer.

Au terme de l’étude, tous les protagonistes de la Réforme catholique qui s’amorce dans la cité des Valois devraient être identifiés, qu’il s’agisse d’individus agissant seuls ou en réseaux, de dévots notoires ou de croyants plus discrets. La filiation entre ligueurs, dévots et frondeurs devraient également être mieux comprise, ouvrant à son tour de nouvelles perspectives de recherche.

La mouvance dévote pourra ainsi être catégorisée et caractérisée d’après l’inventaire de ses protagonistes, mais aussi d’après les interactions et les confrontations entre les hommes ou entre les réseaux. L’examen des parentèles, des clientèles, comme des liens de sociabilité entre membres de confréries renseignera aussi sur les hiérarchies au sein des réseaux. L’intensité des liens et leur fréquence, les nœuds relationnels, le changement d’échelle et la mise en perspective des résultats dans des réseaux plus larges, le discernement des dynamiques, des continuités et des ruptures ne seront pleinement compréhensibles que par cette double approche, quantitative et qualitative. Seul le recours à l’ensemble des outils disponibles, qu’ils soient historiques, statistiques, cartographiques ou linguistiques, permettra d’élaborer de nouvelles connaissances autour de la nébuleuse dévote.

1 FONTAINE A.-L., Les guerres de Religion à Angoulême, Master recherche, mention histoire, Bordeaux, Université Bordeaux-Montaigne, UFR humanités

2 BAUDET J., « Contre-réforme ou Réforme catholique dans le diocèse d’Angoulême au XVII

3 LIEVRE A.-F., Angoulême : histoire, institutions et monuments,

4 NANGLARD J., Pouillé historique du diocèse d’Angoulême

5 VIGIER DE LA PILE F., Histoire de l’Angoumois

6 BAUDET J., op. cit .

7 La Société archéologique et historique de la Charente est une association qui existe depuis 1844. Outre de nombreuses publications concernant l’

8 IGUEDJTAL K. ( op. cit. ) livre également dans son mémoire

9 BRUNET S., La Sainte Union des catholiques de France et la fin des guerres de Religion (1576-1629), Paris, Classiques Garnier, 2016.DESCIMON R., «

10 Angoulême se situe entre les terres protestantes de La Rochefoucauld et de La Rochelle, ce qui contribue également à l’intérêt de l’étude de ce

11 Il s’agit du logiciel Heredis. Au début de la recherche, il a fallu comparer les différents outils généalogiques existant, et finalement opter

12 Un peu plus de mille individus alors que le dépouillement des sources débute.

13 Sous l’onglet « personnes liées », il possible d’enregistrer que Guillaume Guez est secrétaire du Duc d’Épernon à la date du 14 avril 1592, ou

14 Certains de ces membres les plus éminents sont en effet angoumoisins : la présence de la Compagnie du Saint-Sacrement à Angoulême est par

15 Contrat établissant la fondation d’une Confrérie du Rosaire et celui établissant la fondation de la Confrérie du Saint nom de Jésus (Archives

16 MAURER B., avec la participation de DESROUSSEAUX P.-A., Représentations sociales des langues en situation multilingue : la méthode d’analyse

17 Il s’agit d’examiner ici les documents comptables de la ville (souvent insérés dans les délibérations municipales, mais aussi dans certaines

18 De R à Mac, en passant par Network Analysis, Visone, ou des logiciels de cartographie historique comme QGIS.

19 Bibliothèque municipale d’Angoulême : CH 1337.

20 Huit individus sont originaires de diocèses qui ne sont pas identifiés. Un homme est originaire d’une paroisse enregistrée comme appartenant au

21 Pour Saint-Cybard, les chiffres s’expliquent peut-être par le manque de précision des sources qui ne distinguent pas deux paroisses homonymes : la

22 N’oublions pas qu’Angoulême est un centre papetier et qu’il y subsiste des imprimeries au terme des guerres de religion.

23 Par position des membres, nous entendons par exemple le rang, la charge ou la notoriété.

24 Dans ce cas, le graphe précise si le lien est positif ou négatif.

25 Sur un graphe valué, le lien marque aussi l’intensité de la relation.

26 Le nombre de chemins entre deux sommets (acteurs) renseignera sur la solidité du réseau, comme le ferait le tissage plus ou moins serré d’une trame

27 Un éventuel glissement des ligueurs aux frondeurs, par exemple.

28 La consultation des registres paroissiaux comme des registres d’état civil protestant indiquera, outre l’appartenance religieuse, le cercle des

29 Voir en particulier les travaux de S. Brunet, de J. Delumeau, de G. Demerson, de B. Dompnier, de B Hours, de J.-M Le Gall, de N. Lemaitre ou de M.

30 La Réforme catholique a ainsi été étudiée dans le cadre d’une ville (M. Cassan, A. Lottin, E. Martinazzo, B. Peyrous, etc.) ou d’un ou plusieurs

31 C’est le cas de M.-H. Froeschlé-Chopard, G. Minois, S. Simiz et A. Tallon.

32 MAËS B., Le roi, la vierge et la nation : pèlerinage et identité nationale entre guerre de Cent Ans et Révolution, Paris, Publisud, 2003 ou encore

33 BOUTRY P., FABRE P.-A., JULIA D., Reliques modernes. Cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux révolutions, Paris, Éditions

34 SUIRE É., La sainteté française de la Réforme catholique ( XVIe -

35 À l’instar de M. Cassan, de L. Chatelier, de J.-P. Gutton ou de G. Hanlon, pour ne citer qu’eux.

36 C’est le cas d’Épernon, de Montchal, des Voyer d’Argenson, de Guez de Balzac, pour ne citer que quelques noms.

37 La mise en perspective avec Limoges, Bordeaux, Poitiers, Toulouse, Lille, ou plus généralement avec la Bretagne ou la Provence peut utilement

38 TEBIB R., Religion et politique chez Guez de Balzac, Thèse ès lettres, Paris X Nanterre, 1981.

39 LARCADE V., Jean-Louis Nogaret de la Valette, duc d’Épernon (1554-1642) : une vie politique, Thèse en histoire, Paris IV Sorbonne, 1994.

40 BERTIN J., Sémiologie graphique. Les diagrammes, les réseaux, les cartes, Paris, Éditions Gauthier Villar, 1967.

41 GAROTTE G., Réseaux : de la notion à l’analyse. Heurts et malheurs d’un outil, 2014, [En ligne], consulté le 4 mai 2021, URL : reshist.hypotheses.

42 Cette dernière porte davantage sur les manifestations de la Réforme catholique dans la ville, sur ses causes et ses conséquences.

43 Les éléments de l’analyse qualitative sont exposés par l’auteur de cet article dans « Angoulême, de la Ligue à la Contre-Réforme (1585-1685) », in

Bibliography

« Histoire quantitative », Annales. Histoire. Sciences sociales, no 4/2018, Paris, Éditions de l’EHESS, 2020.

« 50 ans de démographie historique. Bilan historiographique d’une discipline en renouvellement », Annales de démographie historique, n° 129, Paris, Belin, 2015/1.

« Les réseaux de parenté, refonder l’analyse », Annales de démographie historique, n° 116, Paris, Belin, 2008/2.

« Histoire de la famille et analyse des réseaux », Annales de démographie historique, n° 109, Paris, Belin, 2005/1.

ALBERRA Dionigni, Au fil des générations. Terre, pouvoir et parenté dans l’Europe alpine (XIVe-XXe siècles), Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2011.

BEAUGUITTE Laurent, « L’analyse de réseaux en sciences sociales et en histoire : Vocabulaire, principes et limites. », dans LETRICOT Rosemonde, CUXAC Mario, UZCATEGUI Maria, CAVALETTO Andrea (dir.), Le réseau. Usages d’une notion polysémique en sciences humaines et sociales, Louvain, Presses universitaires de Louvain, 2016, p.9‑24.

BEAUGUITTE Laurent (dir.), Les réseaux dans le temps et dans l’espace. Actes de la deuxième journée d’études du groupe fmr (flux, matrices, réseaux), Paris, Groupe fmr, 2013.

BELLAVITIS Anna, CROQ Laurence et MARTINAT Monica (dir.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Actes des colloques tenus à l’Université paris-Ouest-Nanterre, Mobilités géographiques et sociales et sociales en Europe (XVIe-XVIIIe siècle) (septembre 2005). Les contraintes de la transmission à l’époque moderne, Enjeux symboliques et patrimoniaux (décembre 2006), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.

BENINI Martine, « Mémoire, implantation et stratégies familiales : les Leclerc de Lesseville (XVIe-XVIIIe siècles) », RHMC, n° 54-3, 2007/3, p.7-39.

BERTRAND Michel (dir.), Pouvoirs des familles. Familles de pouvoir, Actes du colloque des 5-7 octobre 2000, Toulouse, CNRS-Université de Toulouse le Mirail, 2005.

BIDART Claire, LIVET Pierre, Cycle « Analyse des réseaux et applications : approche interdisciplinaire », IMéRA- Aix-Marseille Université, 2017.

BREJON DE LAVERGNEE Matthieu, « Mythes politiques et analyse de réseaux. La Congrégation à Paris sous la Restauration », Histoire & mesure XXIV, no XXIV‑1, 2009, p.157‑88.

BRIAN Isabelle, Messieurs de Sainte-Geneviève : religieux et curés de la Contre-Réforme à la Révolution, Paris, Cerf, 2001.

BRUNET Serge, LEMAÎTRE Nicole (dir.), Clergés, communautés et familles des montagnes d’Europe. Actes du colloque « Religion et montagnes », Tarbes, 30 mai-2 juin 2002, Paris, Presses de l’université Paris Sorbonne, 2005.

CARRIBON Carole, PICCO Dominique, DUSSERT-GALLINAT Delphine, LACHAISE Bernard, BUGNON Fanny, Réseaux de femmes, femmes en réseaux (XVIe-XXIe siècles), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2017.

CELLIER Jacques, Le traitement des données en histoire et sciences sociales - Méthodes et outils, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012.

CELLIER Jacques, COCAUD Martine, Traiter des données historiques. Méthodes statistiques, techniques informatiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2001.

COUTY Philippe, WINTER Gérard, « Qualitatif et quantitatif : deux modes d’investigation complémentaires. Réflexions à partir des recherches de l’ORSTOM en milieu rural africain. », Brochure – AMIRA (43), 1983.

DOMPNIER Bernard, « L’historiographie française, la sociologie et les gens d’Église », dans BUTTGEN Philippe, DUHAMELLE Christophe (dir.), Religion ou confession. Un bilan franco-allemand sur l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Paris, Maison des sciences de l’homme, 2010.

DUCOS Alexia, « Analyse lexicométrique d’un corpus Facebook », Journées d’études « Parler du quotidien au quotidien dans les médias sociaux » organisées par des doctorant.es en Sciences de l’Information et de la Communication et Sociologie du laboratoire d’Études et de Recherches Appliquées en Sciences Sociales (LERASS) et du laboratoire Interdisciplinaire Solidarités, Sociétés, Territoires-Centre d’Étude des Rationalités et des Savoirs (LISST-CERS), Université Toulouse Jean-Jaurès, 2017.

DUFOURNAUD Nicole, Rôle et pouvoirs des femmes au XVIe siècle dans la France de l’Ouest, Thèse de doctorat en histoire, Paris, EHESS, 2007.

EVE Mickael, « Deux traditions d’analyse des réseaux sociaux », Réseaux, no 115, mai 2002, p.183‑212.

FROESCHLÉ-CHOPARD Marie-Hélène, Michel FROESCHLÉ. « La société populaire de Grasse entre le réseau local et le réseau national des sociétés populaires », dans BIANCHI Serge, Les sociétés populaires à travers leurs procès-verbaux, Paris, Éditions du comité des travaux historiques et scientifiques, 2018, p.82‑105.

GOMIS Stéphane, Les « Enfants prêtres » des paroisses d’Auvergne (XVIe-XVIIIe siècles), Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2006.

GOUDOT Grégory, « Si l’on discutait ? L’historien du religieux et le réseau », Bulletin du CERCOR, n° 35, 2011, p.85‑92.

GUERREAU Alain, « Postface. Traitement des données historiques spatialisées. Que faire ? et comment ? », Bulletin du centre d’études médiévales d’Auxerre, Hors-série n° 9, 2016, [En ligne], consulté le 30 décembre 2020, URL : http://journals.openedition.org/cem/13840

LAZEGA Emmanuel, Réseaux sociaux et structures relationnelles, Paris, Presses universitaires de France, 2014.

JULIA Dominique, « L’historien et le pouvoir des clés : Alphonse Dupront », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, n° 7, 1991, [En ligne], consulté le 30 décembre 2020, URL :  http://journals.openedition.org/ccrh/2838

LEMERCIER Claire, IMéRA – Université Aix-Marseille, 13 février 2018, Séminaire « L’analyse des réseaux en histoire : comment constituer des données de réseaux à partir de sources écrites, et comment prendre en compte le passage du temps. »

LEMERCIER Claire, « Analyse de réseaux et histoire », Revue d’histoire moderne & contemporaine, vol.52, no 2, 2005, p.88‑112.

LETONTURIER Éric, « “ Tout est réseau ! ” : splendeurs et misères d’une notion très courtisée », Hermès, La Revue, vol.71, no 1, 2015, p.78‑86.

MAINVIELLE Stéphane, La famille en France à l’époque moderne, Paris, Armand Colin, 2010.

MAURER Bruno, « La méthode d’analyse combinée des représentations sociales des langues : un outil d’étude quanti-quali des idéologies linguistiques », Circula, no 3, 2016, p.5‑19.

MEISSONNIER Joël, VINCENT Stéphanie, RABAUD Mathieu, KAUFMANN Vincent, Connaissance des mobilités : hybridation des méthodes, diversification des sources, Lyon, Cerema, 2020.

MERCKLÉ Pierre, Sociologie des réseaux, Paris, Éditions La Découverte, 2011.

MINGOUS Gautier, « Selon les nouvelles que vous nous ferez savoir » Information et pouvoir à Lyon au tournant des guerres de Religion (vers 1552-vers 1576), Thèse de doctorat d’histoire, Lyon, Université Lumière Lyon 2, 2019.

NATALE Enrico, SIBILLE Christiane, CHACHEREAU Nicolas, KAMMERER Patrick et HIESTAND Manuel (dir.), La Visualisation des données en histoire / Visualisierung von Daten in der Geschichtswissenschaft, Zürich, Chronos Verlag (Geschichte und Informatik – Histoire et Informatique, Doppelband 18/19), 2015.

RAVEL Agnès, « Construire un objet de recherche en histoire : le parti dévot au XVIIIe siècle », Genèses, n° 55, 2004, p.107‑125.

RIEDER Bernhard, « Étudier les réseaux comme phénomènes hétérogènes : quelle place pour la « nouvelle science des réseaux » en sciences humaines et sociales ? », HAL archives-ouvertes, 2009, [En ligne], consulté le 5 mai 2021, URL : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00379526/document

SA NOGUEIRA LALANDA Margarida, « Les méthodes qualitatives en histoire religieuse », Recherches Qualitatives, Hors-série n° 18, 2016, p.157‑170.

SEGALEN Martine, L’autre et le semblable. Regards sur l’ethnologie des sociétés contemporaines, Paris, CNRS Éditions, 1989.

SEGALEN Martine, et MARTIAL Agnès, Sociologie de la famille, Armand Colin, Paris, 2019.

VIRET Jérôme Luther, Le sol et le sang. La famille et la reproduction sociale en France du Moyen-Âge au XIXe siècle, Paris, CNRS Éditions, 2014.

WADID Lamine, FAYOLLE Alain et CHEBBI Hela, « Quel apport de la théorie de l’acteur-réseau pour appréhender la dynamique de construction du réseau entrepreneurial ? », Management international / International Management / Gestiòn Internacional, vol.19, no 1, 2014, p.158‑176.

Notes

1 FONTAINE A.-L., Les guerres de Religion à Angoulême, Master recherche, mention histoire, Bordeaux, Université Bordeaux-Montaigne, UFR humanités, juin 2018.
VRAY N., La guerre des religions dans la France de l’Ouest. Poitou-Aunis-Saintonge. 1534-1610, La Crèche, Geste Éditions, 1997.

2 BAUDET J., « Contre-réforme ou Réforme catholique dans le diocèse d’Angoulême au XVII e siècle », Bulletins et Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, n° 2, 2000, p.101‑117.
———, « La Réforme catholique à Aubeterre aux XVII e et XVIII e siècles », Bulletins et Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, n° 2‑3, 2002, p.111‑117.
———, « Les seigneurs de Plassac-Rouffiac au XVII e siècle : les Houllier de la Pouyade et les Voyer Paulmy d’Argenson », Bulletins et Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, 2015, p.154‑61.
———, « Quelques exemple d’incultuation du christianisme en pays charentais », Bulletins et Mémoires de la Société archéologique et historique de la Charente, n° 2, 1998, p.44‑54.
IGUEDJTAL K.,L’état structural du diocèse d’Angoulême sous le règne de Louis XIV. Étude faite à partir du mémoire de l’Intendant de la Généralité de Limoges : Louis de Bernage (1698), Mémoire de maîtrise, Limoges, UER des Lettres et Sciences Humaines, 1985.

3 LIEVRE A.-F., Angoulême : histoire, institutions et monuments, Angoulême, L. Coquemard/Éditions de la Tour de Gile, 1885.

4 NANGLARD J., Pouillé historique du diocèse d’Angoulême , Angoulême, Chasseignac, 1903.

5 VIGIER DE LA PILE F., Histoire de l’Angoumois , Paris, C. Borrani, 1846.

6 BAUDET J., op. cit .

7 La Société archéologique et historique de la Charente est une association qui existe depuis 1844. Outre de nombreuses publications concernant l’histoire locale, la SAHC conserve un fonds d’archive très intéressant, même si une partie a été reversée aux Archives départementales de la Charente.

8 IGUEDJTAL K. ( op. cit. ) livre également dans son mémoire de maîtrise de précieuses indications quant à la Réforme catholique à Angoulême.

9 BRUNET S., La Sainte Union des catholiques de France et la fin des guerres de Religion (1576-1629), Paris, Classiques Garnier, 2016.
DESCIMON R., « Marillac et ses hommes : reconstruire l’activisme catholique après la Ligue », La Vie de Michel de Marillac et les expériences politiques du garde des sceaux, Les Dossiers du Grihl, 2012, [En ligne], consulté le 19 avril 2021, URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/5431
HAMON P., « Rennes au temps de la Ligue : pouvoir municipal et pouvoirs dans la ville. », in L’exercice du pouvoir municipal de la fin du Moyen Age à 1789, Rennes, PUR, 2010, p.271‑284.
LE GOFF H., La Ligue en Bretagne. Guerre civile et conflit international (1588-1598), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010.
MORGAIN S.-M., « Pontoise, la Ligue et le Carmel : la mystique au service de l’union politique autour de l’année 1605 », Revue de l’histoire des religions, t. 227, 2010/3, p.335‑354.

10 Angoulême se situe entre les terres protestantes de La Rochefoucauld et de La Rochelle, ce qui contribue également à l’intérêt de l’étude de ce territoire.

11 Il s’agit du logiciel Heredis. Au début de la recherche, il a fallu comparer les différents outils généalogiques existant, et finalement opter pour celui-ci en raison de sa facilité de prise en main, de sa souplesse d’utilisation (possibilité de saisir de l’information en plus des liens généalogiques, avec la référence des sources) et de sa communauté qui permet de consulter d’autres notices biographiques ou généalogiques.

12 Un peu plus de mille individus alors que le dépouillement des sources débute.

13 Sous l’onglet « personnes liées », il possible d’enregistrer que Guillaume Guez est secrétaire du Duc d’Épernon à la date du 14 avril 1592, ou encore que Honoré de Thieuloy ou Honorat de Tenloy doit de l’argent à Guillaume Guez de Balzac en 1597 et que ce dernier missionne en 1601 un avignonnais (dont le nom reste inconnu à ce jour) pour récupérer la créance. Séparément ces informations n’ont pas d’autre valeur que celle de l’anecdote, mais recoupées au fil de l’enquête, elles peuvent contribuer à l’identification de réseaux.

14 Certains de ces membres les plus éminents sont en effet angoumoisins : la présence de la Compagnie du Saint-Sacrement à Angoulême est par conséquent très probable, sans doute sous le vocable de Confrérie du Saint-Sacrement (Archives départementales de la Charente : G-818 à G-822) ou encore sous l’appellation de « confrérie de Cibard », de « confrérie de Saint-Jean » et/ou de « confrérie de Saint-André » (Archives départementales de la Charente : J-655). Le dépouillement en cours doit permettre de trancher cette question., et d’établir si elle subsiste après son interdiction sous un nom de substitution.

15 Contrat établissant la fondation d’une Confrérie du Rosaire et celui établissant la fondation de la Confrérie du Saint nom de Jésus (Archives départementales de la Charente : 24H30). Ces sources sont accompagnées sous la même côte de quelques correspondances.

16 MAURER B., avec la participation de DESROUSSEAUX P.-A., Représentations sociales des langues en situation multilingue : la méthode d’analyse combinée nouvel outil d’enquête, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2013.

17 Il s’agit d’examiner ici les documents comptables de la ville (souvent insérés dans les délibérations municipales, mais aussi dans certaines correspondances privées), ainsi que ceux de l’évêché, du chapitre cathédral, des congrégations ou des confréries (en l’état actuel du dépouillement, ce sont davantage des traces comptables qu’une comptabilité régulière et détaillée).

18 De R à Mac, en passant par Network Analysis, Visone, ou des logiciels de cartographie historique comme QGIS.

19 Bibliothèque municipale d’Angoulême : CH 1337.

20 Huit individus sont originaires de diocèses qui ne sont pas identifiés. Un homme est originaire d’une paroisse enregistrée comme appartenant au diocèse d’Angoulême alors que tous les pouillés indiquent qu’il s’agit en fait d’une paroisse du diocèse de Périgueux : ce cas litigieux a été écarté de l’analyse de l’origine des clercs selon les villes et paroisses du diocèse d’Angoulême. Il sera intéressant également d’établir l’âge de réception à l’ordination pour comparer avec les recommandations du concile de Trente et identifier les stratégies familiales qui accompagnent l’ordination des enfants.

21 Pour Saint-Cybard, les chiffres s’expliquent peut-être par le manque de précision des sources qui ne distinguent pas deux paroisses homonymes : la paroisse du Petit-Saint-Cybard (dans les murs) et la paroisse de l’abbaye de Saint-Cybard (hors les murs) aussi appelée paroisse de Saint-Yrieix.

22 N’oublions pas qu’Angoulême est un centre papetier et qu’il y subsiste des imprimeries au terme des guerres de religion.

23 Par position des membres, nous entendons par exemple le rang, la charge ou la notoriété.

24 Dans ce cas, le graphe précise si le lien est positif ou négatif.

25 Sur un graphe valué, le lien marque aussi l’intensité de la relation.

26 Le nombre de chemins entre deux sommets (acteurs) renseignera sur la solidité du réseau, comme le ferait le tissage plus ou moins serré d’une trame de tissu.

27 Un éventuel glissement des ligueurs aux frondeurs, par exemple.

28 La consultation des registres paroissiaux comme des registres d’état civil protestant indiquera, outre l’appartenance religieuse, le cercle des parrains et marraines, et complétera la récolte des données qui serviront ensuite à l’analyse des réseaux dévots.

29 Voir en particulier les travaux de S. Brunet, de J. Delumeau, de G. Demerson, de B. Dompnier, de B Hours, de J.-M Le Gall, de N. Lemaitre ou de M. Venard.

30 La Réforme catholique a ainsi été étudiée dans le cadre d’une ville (M. Cassan, A. Lottin, E. Martinazzo, B. Peyrous, etc.) ou d’un ou plusieurs diocèses (B. Peyrous, A. Bozon, B. Restif, R. Sala, R. Sauzet, par exemple).

31 C’est le cas de M.-H. Froeschlé-Chopard, G. Minois, S. Simiz et A. Tallon.

32 MAËS B., Le roi, la vierge et la nation : pèlerinage et identité nationale entre guerre de Cent Ans et Révolution, Paris, Publisud, 2003 ou encore MAËS B., Les livrets de pèlerinage : imprimerie et culture dans la France moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2016. Les travaux de P. Boutry illustrent également ces aspects.

33 BOUTRY P., FABRE P.-A., JULIA D., Reliques modernes. Cultes et usages chrétiens des corps saints des Réformes aux révolutions, Paris, Éditions EHESS, 2009 ; les travaux récents de N. Guyard évoquent aussi largement ces questions.

34 SUIRE É., La sainteté française de la Réforme catholique ( XVIe - XVIIIe siècles) : d’après les textes hagiographiques et les procès de canonisation , Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2001.

35 À l’instar de M. Cassan, de L. Chatelier, de J.-P. Gutton ou de G. Hanlon, pour ne citer qu’eux.

36 C’est le cas d’Épernon, de Montchal, des Voyer d’Argenson, de Guez de Balzac, pour ne citer que quelques noms.

37 La mise en perspective avec Limoges, Bordeaux, Poitiers, Toulouse, Lille, ou plus généralement avec la Bretagne ou la Provence peut utilement compléter l’étude en cours.

38 TEBIB R., Religion et politique chez Guez de Balzac, Thèse ès lettres, Paris X Nanterre, 1981.

39 LARCADE V., Jean-Louis Nogaret de la Valette, duc d’Épernon (1554-1642) : une vie politique, Thèse en histoire, Paris IV Sorbonne, 1994.

40 BERTIN J., Sémiologie graphique. Les diagrammes, les réseaux, les cartes, Paris, Éditions Gauthier Villar, 1967.

41 GAROTTE G., Réseaux : de la notion à l’analyse. Heurts et malheurs d’un outil, 2014, [En ligne], consulté le 4 mai 2021, URL : reshist.hypotheses.org/464
BIDART C., DEGENNE A. et GROSSETTI M., La vie en réseaux. Dynamiques des relations sociales, Paris, PUF, 2011.
LEMERCIER C. et ZALC C., Méthodes quantitatives pour l’historien, Paris, La Découverte, 2010

42 Cette dernière porte davantage sur les manifestations de la Réforme catholique dans la ville, sur ses causes et ses conséquences.

43 Les éléments de l’analyse qualitative sont exposés par l’auteur de cet article dans « Angoulême, de la Ligue à la Contre-Réforme (1585-1685) », in BRUNET S. et SUIRE É. (éd.), Les dévots de France, de la Sainte Ligue aux Lumières. Militance et réseaux, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 2019, p.142-154.

Illustrations

Figure 1 : Arbre généalogique de Marie de Campaignol (extrait).

Figure 1 : Arbre généalogique de Marie de Campaignol (extrait).

Figure 2 : Paroisses d'Angoulême (dans les murs ou faubourgs) dont sont originaires les clercs ordonnés dans le diocèse entre 1588 et 1603.

Figure 2 : Paroisses d'Angoulême (dans les murs ou faubourgs) dont sont originaires les clercs ordonnés dans le diocèse entre 1588 et 1603.

References

Electronic reference

Stéphanie Urban, « La Réforme catholique à Angoulême (1588-1655) : individus et réseaux entre interactions et confrontations », PasserelleSHS [Online], 1 | 2021, Online since 18 October 2021, connection on 28 May 2022. URL : https://ouest-edel.univ-nantes.fr/passerelleshs/index.php?id=105

Author

Stéphanie Urban

Université Paul Valéry - Montpellier 3

Copyright

Creative Commons - By-Sa-Nc 4.0